un STOP-Trottoir !

Voilà un exercice intéressant, bordé de contraintes autour d’un espace d’expression.

Les directives de Fred, pour « La salle à Manger » (56 cours Julien), étaient assez proche de la carte blanche !

Il m’envoie des images de ce qu’il aime bien, je m’en inspire, je propose, il valide ! C’est assez simple de travailler avec Fred ! merci à toi !

La commande cette fois-ci est donc celle d’un stop-trottoir. Il s’agit d’être lisible, saisissant et attrayant, tout en donnant une image de l’ambiance souhaitée par le lieu…ça, c’est le cahier des charges que j’imagine pour un tel outil de communication.

Un stop-trottoir, c’est donc cette ardoise en deux parties postée devant les restaurants pour annoncer le menu ou à tout le moins pour arrêter le chaland.

Ainsi fût, à cela prêt que nous n’avons pas souhaité annoncer le menu, mais communiquer sur l’image du restaurant.

* Alors que j’écris cet article, un peu plus tard que sa réalisation, certes, ce fameux stop-trottoir a été volé… Je ne pensais pas que c’était susceptible d’être volé, mais puisque tout se vend, présumons que tout se vole….Je ne suis pas sur que ce soit pour ma réalisation – ce que je trouverai plutôt flatteur – mais plus probablement pour une réutilisation par quelque restaurateur peu scrupuleux, sinon, comme étendoir, ou tableau à dessiner pour des enfants, à la limite…

Dommage, il n’en reste que cette photo.

Pour l’heure, je m’attelle à une nouvelle réalisation pour la deuxième version du stop-trottoir, sur un modèle d’environ une-tonne-cinq en métal, qui devrait résister aux excès de possessivité !

 

allez, bisette !stop trottoir SàM

Publicités

Une « impression » de déjà-vu ?

monsieur major

Je connaissais le meuble (cf. Chez Jeannot) !

D’ailleurs il a été conseillé par la même Maëlle FOUILLAND pour réaliser la banque d’accueil de « Monsieur Major » qui siège au rez-de-chaussée de la Maison BUON (86 rue Grignan, 13006).

Je remercie Maëlle de penser à moi pour les travaux de lettres, mais s’il te plaît ne conseille plus de meuble en bois brut ! Peindre sur ce support est un enfer, même si le patron de la Maison, avait fait poncer préalablement le support (merci à lui !)

N’hésitez pas à visiter l’ancien Misraki, avec son restaurant (chez Jeanne), sa galerie éphémère, maintenant sa conciergerie, et peut être avant tout, je vous conseille le caviste « La cave des papilles » de la Maison pour sa sélection de vins naturels et petits producteurs…

 

Non rien …!

20170311_164808-01Juste pour dire que j’ai fait une garamonde en château d’sable !

Et qu’il est possible que je ponde tout l’alphabet pour peu que je reste quelques heures sur une plage cet été….je veux bien de l’aide ! une sorte de défi collectif, on détermine un alphabet et on s’y tient….c’est éphémère, chronophage, inutile….Tout ce que j’aime !

« la salle à manger »

Chouette ! un marseillais qui tombe sur mon blog en cherchant « peintre en lettres/marseille » et hop, une rencontre bien sympa avec Fred.

Il ouvre un resto au Cours Julien à Marseille (5ème) et s’interroge sur un nouveau nom avec sa copine Faïza, et là, au cours de la discut’ ils tombent d’accord sur ce nom que je trouve parfait.

J’ai ajouté la photo du travail préparatoire de cotation des typo (la fameuse leçon dtirée d’une façade précédente…) et voila que M. Garamond passe à l’échelle *4 pour que ses précieux empattements s’alignent sur 4 mètre par 70 cm.

J’ai opté pour un fond bois brut lasuré et teinté dans l’esprit de leur très belle adresse.

Je ne peux que vous conseiller le brunch du week-end qui est bio-frais-local bref, on ne souhaite pas mieux !

J’espère peindre leur devanture vitrée dans un style bien rétro, en doré et blanc…..time will tell…

20170315_170949-01

In SMACK we trust !

Un bien beau contrat que celui-ci. Un très bel espace de co-working à la préfecture (Marseille 6ème). Daphné est le queen des lieux, son projet a enflammé mon imagination ! Imaginez, 3 étages des bureaux vastes et des pièces de réunions à tous les niveaux, une ambiance graphique à rechercher pour chaque espace….

Génial, j’ai fait un cahier entier de crobards et….un seul a été retenu à cette étape de notre collaboration mais j’ai bon espoir de peindre sur tous les murs de SMACK !

J’ai travaillé ici avec une mise à l’échelle des caractères, ce qui demande pas mal de tracés préalables pour un résultat plutôt propre.

CHEZ RORAIMA

20161120_164237-01Le temps passe et je le prends à présent pour actualiser quelques réalisations…

Cette façade, réalisée pour une céramiste marseillaise, m’a appris beaucoup de choses, pour avoir bien failli renoncer à cette pratique contraignante de la peinture en lettres !

J’ai fait ici des fautes que je pense et j’espère ne plus reproduire à l’avenir. Je remercie Judith pour ce contrat qui m’a demandé beaucoup de temps et de retouches !

Il n’en paraissait pas grand chose comme ça mais les commandes rigoureuses demandent au peintre de l’être (de lettres) et les contrats qui ont suivis sont l’expérience de celui-ci tout particulièrement.

Co-working et rôtisserie !

 

20161023_180556-01

Cela fait quelques temps que nous échangeons des tracés de lettres sur papier avec mon ami Jérôme…Nous essayons du matériel, nous faisant languir sur les recherches de l’un et les trouvailles de l’autre.

Et puis, lorsque Jérôme me propose de peindre la devanture de sa « cantine », je lui propose que cela se fasse ensemble ! Il est précis, exigent, minutieux et aime tout autant dégoter des typos, voila la possibilité de se jeter sur une réalisation en duo chacun avec ses expériences et ses exigences (exercice de diction)

Une vitrine…!

Le support parfait pour parfaire !

On a pas mal bossé la version papier, des typos – bien sûr – une gestion de l’espace pour dissimuler ou mettre en avant des espaces, et enfin trouver une date pour réaliser le plan….Merci Cécile pour la logistique ayant permis de passer 8 heures sur l’échelle !

Pour qui redoute d’avoir trop chaud, le mois d’octobre, son vent et sa pluie sont un ravissement pour les temps de séchage et l’inconfort ! En réalité, le réel inconfort est venu de la différence thermique et olfactive entre dedans & dehors… Imaginez : Dehors, un axe de circulation (pas mal pour notre boulot…une fois fini!) une météo proche d’être exécrable. Dedans, la douce chaleur de la rôtissoire et du four, en activité pour cuire à point des poulets et des gratins divers… Et nous, circulant entre l’un et l’autre, alternant entre salir les pinceaux et les nettoyer, sans s’octroyer une pause rôti/gratin qui nous faisait diablement envie !

Ca, c’était pour se faire plaindre un peu, mais pour expliquer aussi un peu le contexte !

Au final, un travail assez propre, malgré les typos de dernières minutes même pas calibrées parce qu’on n’avait plus le temps…un client vaguement satisfait : « ah bon, je ne peux plus laver mes vitres à l’alcool ? » et un nouveau duo !

Quoi qu’il en soit, je suis satisfait, j’ai pu dessiner mon regretté PX !

Et le plus important, c’est qu’on a trouvé un binôme plutôt sympathique pour lequel un nom est apparu… « LOREM IPSUM » peintre en lettres…

J’aime bien l’idée de « remplir du texte », valorisant la mise en page et le choix typographique…ça colle bien ! Après tout, peut importe d’écrire PIZZERIA/MENUISERIE ou BOUCHERIE/PLOMBERIE, tant que les glyphes ont du styles…et ceux-ci en ont ! Merci Jérôme !

 

notes de bas de pages non référencées :

.un  PX

. le LOREM IPSUM

 

 

 

 

 

Chez PIOU !

20161008_120858-01

En voila un travail de rigoriste que je ne suis pas !

Chez PIOU, les mets sont de choix, l’ambiance y est simple, efficace et chaleureuse…il s’agit d’un traiteur local-mais-pas-que, et exigent !

Tu parles d’une commande moi qui aime les scriptes qui font lâcher le geste, les typos recherchées dans de vieux catalogues, et bin tiens ! du bâton sans serif, de l’antique comme on dit chez les typographes, que dis-je; une linéale ou encore une grotesque comme la dénomme les allemands ! Bref une Helvetica en somme ! (Helvetica,créée en 1957 par Max MIEDINGER)

Un exercice de style tout compte fait !

J’ai réussi à y mettre une touche de personnel dans le côté tordu de chaque caractère ! En revanche je pense n’avoir mis aucun caractère, dans ce travail tordu !

Au final, nous sommes, Chez PIOU comme pour moi, relativement satisfait de cet entre-deux, clair, lisible et….définitivement DIY !

Allez, bon appétit !

Et s’il vous plait goûtez les gnocchis géants fourrés au pesto !!

 

PIOU : 70 Rue Grignan, 13001 Marseille

 

 

Aux Deux Guingois…

Quel plaisir de retrouver Edouard & Quitterie, qui m’avaient permis de calligraphier leurs sets de tables quelques mois auparavant (cf. zappi Goria Burger) pour enchaîner sur leur ardoise et le sincère plaisir à travailler avec eux !

Ces deux amoureux des bonnes choses ont ainsi retrouvés une adresse à Marseille, un endroit pour faire ce qu’ils souhaitent faire dans le cadre qu’ils ont créé de toute pièce.

L’ambiance y est parfaite, le poste à galène qui n’est pas là que pour la déco, car il diffuse quelques galettes toujours choisies avec soin par Edouard, dans un cadre ou il fait bon passer, rester, manger, partager…

Fidèle à lui-même, Edouard propose une carte ENTIEREMENT faite maison (même la moutarde et la sauce tomate sucrée, qui serait réducteur d’appeler ketchup !)

Bref, le choix du mobilier, des couverts, des ingrédients et un indéniable plaisir à recevoir, font des DEUX GUINGOIS, une table de midi parfaitement recommandable !

Toujours est-il que pour maintenir ce côté traditionnel et fait maison, Edouard & Quitterie m’ont appelés de nouveau pour me confier leur devanture…

Un grand merci à eux !

Tiens ! Demandez leur l’histoire du couple Guingois, qui a donné le nom au resto. autour d’un p’ti armagnac avec la pluie battante et sur un fauteuil club, écoutant un vinyle de proto-ska,  je vous promet une après-midi aussi douillette que sympathique !20160616_185210

J’ai donc fait ma petite maquette, qui a fini sur le mur et sur les sets de tables, c’est super sympa à vous !

pour proposer les trois bandeaux et les infos murales.

 

Aux Deux Guingois : 25 Rue du Chevalier Roze, 13002 Marseille…

20160624_190656

20160624_190604

Les menus du JOKER

AAAAAHHHH, nous y voici !

L’avantage lorsqu’on à 6 mois de retard pour rédiger un blog, c’est qu’on peut faire des articles incluant plusieurs saisons !

Et comme j’interviens (j’intervenais) tous les 6 mois pour Rémi, je vous propose donc la carte d’été et la carte d’hiver de son restaurant. Son resto étant un peu le fil conducteur de ce blog, puisqu’après avoir peint sa devanture (cf. avant) ses cartes ont été réalisées successivement à chaque demi saison.

Mais voila un temps possiblement révolu, car non content d’avoir 6 mois de retard, la dernière carte est à présent disparue, car de nouveau recouverte !!

J’adore le côté éphémère de ce travail !

Et cette fois-ci j’ai confié le plan à mon ami Jérôme, qui à force de taper des typos (allitération plutôt rigolote !) s’est senti le saut (hihi) sur un panneau ma foi, gros (promis j’arrête!)

Vous constaterez qu’après un habillage qui ne servait en rien la lisibilité de la-dite carte, j’ai opté pour la sobriété et peut-être la lecture simplifiée de l’information. La chose intéressante est que les passants photographiaient la première (peut être pour consulter le menu à tête reposée ?) et que la seconde était devenue moins attrayante…Heureusement que Jérôme à combiné les deux pour cette nouvelle version ! N’ayant pas sa photo, vous n’avez pas le choix que d’y aller manger ! (face aux fontaines du cours Julien, à Marseille)

J’ai quand même hâte de refaire le logo Joker qui surplombe la carte, et qui a été fait un peu trop rapidement lorsque la devanture a été repeinte…

20160123_123534

20160609_203439

super celle-ci est floue, de toute façon je n’en ai pas d’autres !