Co-working et rôtisserie !

 

20161023_180556-01

Cela fait quelques temps que nous échangeons des tracés de lettres sur papier avec mon ami Jérôme…Nous essayons du matériel, nous faisant languir sur les recherches de l’un et les trouvailles de l’autre.

Et puis, lorsque Jérôme me propose de peindre la devanture de sa « cantine », je lui propose que cela se fasse ensemble ! Il est précis, exigent, minutieux et aime tout autant dégoter des typos, voila la possibilité de se jeter sur une réalisation en duo chacun avec ses expériences et ses exigences (exercice de diction)

Une vitrine…!

Le support parfait pour parfaire !

On a pas mal bossé la version papier, des typos – bien sûr – une gestion de l’espace pour dissimuler ou mettre en avant des espaces, et enfin trouver une date pour réaliser le plan….Merci Cécile pour la logistique ayant permis de passer 8 heures sur l’échelle !

Pour qui redoute d’avoir trop chaud, le mois d’octobre, son vent et sa pluie sont un ravissement pour les temps de séchage et l’inconfort ! En réalité, le réel inconfort est venu de la différence thermique et olfactive entre dedans & dehors… Imaginez : Dehors, un axe de circulation (pas mal pour notre boulot…une fois fini!) une météo proche d’être exécrable. Dedans, la douce chaleur de la rôtissoire et du four, en activité pour cuire à point des poulets et des gratins divers… Et nous, circulant entre l’un et l’autre, alternant entre salir les pinceaux et les nettoyer, sans s’octroyer une pause rôti/gratin qui nous faisait diablement envie !

Ca, c’était pour se faire plaindre un peu, mais pour expliquer aussi un peu le contexte !

Au final, un travail assez propre, malgré les typos de dernières minutes même pas calibrées parce qu’on n’avait plus le temps…un client vaguement satisfait : « ah bon, je ne peux plus laver mes vitres à l’alcool ? » et un nouveau duo !

Quoi qu’il en soit, je suis satisfait, j’ai pu dessiner mon regretté PX !

Et le plus important, c’est qu’on a trouvé un binôme plutôt sympathique pour lequel un nom est apparu… « LOREM IPSUM » peintre en lettres…

J’aime bien l’idée de « remplir du texte », valorisant la mise en page et le choix typographique…ça colle bien ! Après tout, peut importe d’écrire PIZZERIA/MENUISERIE ou BOUCHERIE/PLOMBERIE, tant que les glyphes ont du styles…et ceux-ci en ont ! Merci Jérôme !

 

notes de bas de pages non référencées :

.un  PX

. le LOREM IPSUM

 

 

 

 

 

Publicités

Chez PIOU !

20161008_120858-01

En voila un travail de rigoriste que je ne suis pas !

Chez PIOU, les mets sont de choix, l’ambiance y est simple, efficace et chaleureuse…il s’agit d’un traiteur local-mais-pas-que, et exigent !

Tu parles d’une commande moi qui aime les scriptes qui font lâcher le geste, les typos recherchées dans de vieux catalogues, et bin tiens ! du bâton sans serif, de l’antique comme on dit chez les typographes, que dis-je; une linéale ou encore une grotesque comme la dénomme les allemands ! Bref une Helvetica en somme ! (Helvetica,créée en 1957 par Max MIEDINGER)

Un exercice de style tout compte fait !

J’ai réussi à y mettre une touche de personnel dans le côté tordu de chaque caractère ! En revanche je pense n’avoir mis aucun caractère, dans ce travail tordu !

Au final, nous sommes, Chez PIOU comme pour moi, relativement satisfait de cet entre-deux, clair, lisible et….définitivement DIY !

Allez, bon appétit !

Et s’il vous plait goûtez les gnocchis géants fourrés au pesto !!

 

PIOU : 70 Rue Grignan, 13001 Marseille

 

 

Aux Deux Guingois…

Quel plaisir de retrouver Edouard & Quitterie, qui m’avaient permis de calligraphier leurs sets de tables quelques mois auparavant (cf. zappi Goria Burger) pour enchaîner sur leur ardoise et le sincère plaisir à travailler avec eux !

Ces deux amoureux des bonnes choses ont ainsi retrouvés une adresse à Marseille, un endroit pour faire ce qu’ils souhaitent faire dans le cadre qu’ils ont créé de toute pièce.

L’ambiance y est parfaite, le poste à galène qui n’est pas là que pour la déco, car il diffuse quelques galettes toujours choisies avec soin par Edouard, dans un cadre ou il fait bon passer, rester, manger, partager…

Fidèle à lui-même, Edouard propose une carte ENTIEREMENT faite maison (même la moutarde et la sauce tomate sucrée, qui serait réducteur d’appeler ketchup !)

Bref, le choix du mobilier, des couverts, des ingrédients et un indéniable plaisir à recevoir, font des DEUX GUINGOIS, une table de midi parfaitement recommandable !

Toujours est-il que pour maintenir ce côté traditionnel et fait maison, Edouard & Quitterie m’ont appelés de nouveau pour me confier leur devanture…

Un grand merci à eux !

Tiens ! Demandez leur l’histoire du couple Guingois, qui a donné le nom au resto. autour d’un p’ti armagnac avec la pluie battante et sur un fauteuil club, écoutant un vinyle de proto-ska,  je vous promet une après-midi aussi douillette que sympathique !20160616_185210

J’ai donc fait ma petite maquette, qui a fini sur le mur et sur les sets de tables, c’est super sympa à vous !

pour proposer les trois bandeaux et les infos murales.

 

Aux Deux Guingois : 25 Rue du Chevalier Roze, 13002 Marseille…

20160624_190656

20160624_190604

Les menus du JOKER

AAAAAHHHH, nous y voici !

L’avantage lorsqu’on à 6 mois de retard pour rédiger un blog, c’est qu’on peut faire des articles incluant plusieurs saisons !

Et comme j’interviens (j’intervenais) tous les 6 mois pour Rémi, je vous propose donc la carte d’été et la carte d’hiver de son restaurant. Son resto étant un peu le fil conducteur de ce blog, puisqu’après avoir peint sa devanture (cf. avant) ses cartes ont été réalisées successivement à chaque demi saison.

Mais voila un temps possiblement révolu, car non content d’avoir 6 mois de retard, la dernière carte est à présent disparue, car de nouveau recouverte !!

J’adore le côté éphémère de ce travail !

Et cette fois-ci j’ai confié le plan à mon ami Jérôme, qui à force de taper des typos (allitération plutôt rigolote !) s’est senti le saut (hihi) sur un panneau ma foi, gros (promis j’arrête!)

Vous constaterez qu’après un habillage qui ne servait en rien la lisibilité de la-dite carte, j’ai opté pour la sobriété et peut-être la lecture simplifiée de l’information. La chose intéressante est que les passants photographiaient la première (peut être pour consulter le menu à tête reposée ?) et que la seconde était devenue moins attrayante…Heureusement que Jérôme à combiné les deux pour cette nouvelle version ! N’ayant pas sa photo, vous n’avez pas le choix que d’y aller manger ! (face aux fontaines du cours Julien, à Marseille)

J’ai quand même hâte de refaire le logo Joker qui surplombe la carte, et qui a été fait un peu trop rapidement lorsque la devanture a été repeinte…

20160123_123534

20160609_203439

super celle-ci est floue, de toute façon je n’en ai pas d’autres !

mon big wall d’intérieur

20160429_185340-0120160429_185327-0120160429_185259-01

Cela faisait bien longtemps que je n’avais pas repris ce blog pour archiver mes travaux en lettres.

Voici donc les quelques mois passés sur les murs intérieurs et extérieurs des gens qui m’ont fait assez confiance pour me les confier !

Mon « grand » contrat fut celui de la société MGI, pour lequel une agence de com’ aixoise (7 lieux) m’a demandé d’intervenir. La mise en place a durée des semaines et je remercie Nathalie de l’agence pour avoir fait l’intermédiaire des négociations plutôt serrées entre la boite et moi.

J’ai ainsi pu intervenir au mois de mai dernier…5 mois de recul pour rédiger un papier et présenter mes photos c’est raisonnable je trouve…

Ce qui est super dans ce plan, c’est que pour un peintre en lettres, je n’ai fait aucune typo !

les logos et les quelques sigles sont fait au pochoir et le gros du travail fut de réaliser ce ******§!&#****** de dégradé sur 3 pans de murs qui m’a pris une bonne dizaine d’heures…

Les aérosolistes se moqueront de ma persévérance à bosser au spalter et en dilution, mais j’ai proposé un travail sans aérosols et au pinceau….pour ne pas trop m’éloigner de mon travail de peintre…à défaut de lettres !

acrylique pour le revêtement de fond, markers à l’huile « 4 artists » (PEBEO) pour tracer la centaine*2 (car je les ai doublées pour qu’elles ressortent les mignonnes!) de lignes entre les points repris au pochoir car les premiers tracés étaient pas très jojo !

2 journées de 10 heures sur l’échelle sans compter le travail infographique préalable pour donner une idée à un client exigent. En même temps, il confie 15m2 à un artiste inconnu par l’intermédiaire d’une agence pour que ses clients, en sortant de l’ascenseur, entrent dans son logo…je ne suis pas mécontent du résultat !

Lui aussi, bien qu’il m’ai fait dire à la fin du chantier, pourquoi on ne voyait pas bien les points et liaisons blanches sur le fond blanc….arrrrg ! j’ai fait passer ça pour un parti-pris artistique (salut Florent !)